2010-12-02T09:15:00+01:00

Symphonie équestre

Publié par Fraise

Or donc, si tu as bien tout suivi, Nam m'a offert un spectacle équestre pour mon anniversaire, et nous sommes allés le voir mardi soir.

 

symphonie-equestre.jpgSymphonie équestre "le plus grand spectacle équestre jamais conçu"

 

Moi j'aurais plutôt dit "la plus grande arnaque du siècle jamais conçue".

Tu as compris : on n'a pas aimé. Mais alors pas du tout du tout ! Ma mie, si tu aimes les chevaux, les spectacles où on en prend plein les yeux et/ou la chanson française, n'y va surtout pas.

 

Alors, je te fais le topo. On est partis tout frétillants, on s'attendait à voir un genre de Bartabas de supermarché, ou un show genre les chevaliers du Puy du fou (si tu y as déjà été, tu vois de quoi je parle). Parce que bon, le site disait quand même :

"En véritable fédérateur, le cheval va devenir tour à tour acteur, danseur et musicien au travers de nombreux numéros poétiques, magiques et humoristiques qui ne pourront vous laisser sans émotion. Cheval, Danse et Musique évoluent en symbiose et constituent un ensemble unique dont les composantes ne font plus qu'une."

 

Franchement, ça faisait envie, non ? Bon, on arrive au Zénith avec nos places à 45€ l'unité, on était plutôt bien placé, près de la piste. Plein de familles, plein de gosses de 8-10 ans. Des retraités aussi, et quelques couples de jeunes comme nous. Devant nous, une piste sur le sol, de sable, recouvert d'une bâche noire. Derrière, une scène cachée par un genre d'écran transparent, sur laquelle on distinguait des chaises de musiciens, et tout au fond un véritable écran de ciné.

 

Les lumières s'éteignent, les musiciens s'installent, commencent à jouer. La bâche se gonfle, un cavalier arrive, sur un cheval magnifique, isabelle (poils couleur café au lait et crinière et queue noires). Il galope doucement sur la bâche, et on dirait qu'il se débat contre la mer déchaînée ! Outre la prouesse qui consiste à ce qu'un cheval ne flippe pas devant ce truc qui bouge et qui claque, le tableau était vraiment magnifique.

 

Voilà, c'était le meilleur moment du spectacle. Qui a été défoncé immédiatement par le retrait de la bâche. Qui a duré 5 minutes montre en main, sans musique, sans danse qui aurait pu détourner l'attention du spectateur. Non, non, on a regardé 4 mecs habillés en noir replier cette bâche en courant. C'était tellement ridicule et inattendu que des applaudissements ont retenti. Nam dit qu'ils étaient ironiques, moi j'en suis pas si sûre (de toutes façons, les gens applaudissaient tout le temps, même au milieu d'un morceau de musique, qu'est-ce que ça peut m'énerver... bref).

 

Ensuite, les tableaux se sont enchaînés, avec des chevaux certes magnifiques, mais plus que tendus, surexcités. On sentait qu'ils n'avaient qu'une envie : se défouler en galopant dans un pré bien vert. Ce qu'ils n'avaient, à l'évidence, pas fait depuis plusieurs jours (au vu des dates de spectacles, ces pauvres animaux n'avaient fait que du camion, du box et de la scène...). Du coup, ils faisaient des khôneries : ils ruaient, se débattaient, cherchaient à fuir le cavalier. Ce qui donnait un spectacle brouillon, comme dit Nam "tu vas au cirque à 2 balles du village, les chevaux te font ça les doigts dans le nez". Un entracte, où les charmantes hôtesses te vendent le programme à 10 euros (évidemment, tous les gamins ont fait un caprice pour en avoir un...) et c'est reparti pour les banalités...

 

Ce spectacle montrait également la part la plus honteuse du dressage équestre : des chevaux contraints et forcés d'exécuter des shows contre-nature (sur le dos, le dresseur lui tenant les antérieurs croisés pour qu'il reste immobile...), des chevaux à qui on en demande trop (50 pas espagnols, oui c'est bon on a compris que tu savais le faire...). Parlons maintenant du cavalier Bruno Boisliveau, le show-man du spectacle : voilà un homme qui s'aime plus qu'il n'aime les chevaux. Un mégalo, amoureux de lui-même, qui se met systématiquement en scène comme un héros, ou un clown super-balèze et toujours seul pour que personne ne lui vole la vedette.

 

Une vingtaine de tableaux se sont succédés, tous plus ennuyeux les uns que les autres, sans aucune magie, ni poésie, ni féerie. Pourtant, dans certains, il y avait de l'idée, comme celui où le cheval montait sur un cercle de bois pour faire résonner le bruit de ses sabots : le cheval qui fait du tambour, c'est plutôt une bonne idée à la base. Sauf que là, il n'y avait pas de rythme. Donc pas de tambour. Et que c'était affreusement long.

 

Bref, tu m'as compris, au niveau émotion, c'était le néant, à part un vague ennui, une certaine colère, et de la compassion pour ces pauvres chevaux corrigés alors qu'ils ne sont pas fautifs. Quant à la musique... l'orchestre était plutôt bon, mais le chanteur qui intervenait à certains moments... Tu vois Patrick Sébastien ? Hé ben tu prends tout ce qu'il peut avoir d'énervant, tu le multiplie par dix, et tu as le chanteur de Symphonie équestre. Un mec qui en fait des tonnes, dont le ridicule n'a d'égal que la nullité des paroles. "Symphonie, un cavalier qui surgit, Symphonie, des chevaux fous dans la nuit..."

 

Nam, lui, dit que c'est un spectacle spécial 3e âge : le chanteur qui en fait des tonnes pour faire rêver les mamies, les jolies danseuses filmées en gros plan (surtout leurs attributs féminins) pour faire baver les papis, tu enrobes tout ça dans un genre de spectacle avec des chevaux, et tu as Symphonie équestre.

 

Allez, pour finir, je te mets une photo de mon idole, le mec génial qui fait tout l'inverse de ce spectacle affligeant : Bartabas.

f6911b40920a65d038a4d6aa9a3748ac.jpg

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog