2012-04-02T10:47:00+02:00

Nothing to do here.

Publié par Fraise

confiance-vie.jpgJe tiens mes engagements envers moi-même (Bon, ok, pas tous, c'est bon lâche-moi !).

Si tu n'aimes pas ta vie, changes-en.

Si ton boulot te fait chier, quitte-le.

 

J'y vais à reculons depuis trop de mois, avec une boule au ventre une fois sur deux. Il me pourrit mes soirées et mes weekends depuis trop longtemps. Le nombre de mes publications Facebook pendant mes heures de boulot a augmenté de façon exponentielle et terrifiante. Tant de symptômes qui me hurlaient ce que je ne voulait pas encore voir.

 

Il a fallu un coup de pouce du destin pour que je prenne mes cojones à deux mains, et que je me lance.

"Je suis venue te dire que je m'en vais."

Dans une semaine ou dans un mois, c'est encore à définir. J'ai avancé mes pions, à eux de jouer.

 

Maintenant, le grand saut dans l'inconnu, et sans élastique ni parachute, s'il vous plaît.

"Maintenant que j'ai sauté, je n'ai pas d'autre choix que de croire que c'était la meilleure chose à faire"

Je me raccroche à cette pensée. Mais je passe toutes les cinq minutes du soulagement à la panique.

 

L'incertitude, je commence à savoir la gérer, ça fait un an que je la côtoie jour après jour, que je compose avec elle, que je danse cette petite valse à deux temps qui nous fait tant rigoler... Deux pas en avant, un pas en arrière, et on garde le rythme !

 

Samedi soir, j'ai passé en revue toutes mes anciennes photos. Visages d'anciens amours, d'anciens amis, de lycée, d'études, de début de vie professionnelle. Et moi. J'ai vécu de belles choses, j'ai changé, et je mesure mon évolution. Longs-noirs-raides-frisés-courts-bouclés-très courts-roux-rouges-mi-longs... Mes cheveux racontent mon histoire. Et c'est une belle histoire. Pleine de souffrance, parfois, de bonheurs, souvent.

 

En regardant ces vieilles photos, puis les plus récentes, j'ai réalisé que je commençais à m'aimer. Moi qui me suis toujours trouvé hideuse sur toutes les photos, voilà que je me regardais avec indulgence, avec gentillesse, avec amour ! Comme je regarderais une amie.

 

Et cette dernière décision, ce dernier pas dans ma mutation, ne fait que renforcer ce sentiment. Je me suis débarrassée de ce qui m'encombrait : ma peur, mon indécision, mon angoisse, mon manque d'estime de moi. Légère, enfin, je peux m'envoler vers des cieux plus cléments. 

 

"Deviens ce que tu es" a dit Pindare (d'après Nietszche).

J'aime ce que je deviens.

 

 

 

La photo ? C'est mon moi enfant qui m'envoie ce mesage.

Voir les commentaires

commentaires

Larme 02/04/2012 14:01


Si vous n'aimez pas ce que vous êtes, ce que vous faîtes ou ce que vous devenez, ne râlez pas. Il ne sertà rien de pester, cela n'a jamais rien arranger. Il faut prendre son courage à deux mains
et agir. C'est en agissant qu'on change les choses.

Fraise 02/04/2012 17:03



C'est bien ce que je dis, en effet.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog