2012-02-14T21:02:00+01:00

Memento mori

Publié par Fraise

madeleine-a-la-veilleuse-1630-35.jpgLe temps passe.

Pléonasme.

 

Il ne peut que passer, sans s'arrêter, sans ralentir, sans accélérer, puisqu'il est, sera, a été, était, fut, aura été, puisqu'il n'est pas d'âme qu'il ne possède, puisqu'il n'est pas de jour ni de nuit sans lui, puisqu'il rythme nos journées, nos semaines, nos mois, nos années, puisque nous n'avons aucun pouvoir sur lui, puisqu'il a tous pouvoirs sur nos vies.

 

Ainsi, en cet instant hors du temps où je crée, même du médiocre, même du modeste, mais où je crée pour moi, pour toi, pour personne, je tente de le saisir, de mettre quelques mots sur ce sentiment étrange qui m'engourdit, cette lassitude mêlée de crainte, cette conscience du temps qui passe, qui est passé, qui passera.

 

Les choses changent, tellement vite. Et pourtant, parfois, elles restent les mêmes. Ou peut-être est-ce moi qui reste la même. La même Madeleine aux yeux perdus dans la flamme, au ventre vide qui souffre de ne pouvoir s'emplir, au visage illuminé mais entouré d'ombre, la main posée sur le sens qu'elle voudrait donner à sa vie avant qu'on la lui ôte.

 

Les instants se ressemblent, se répètent. Une Saint-Valentin triste, un Noël solitaire, un printemps plein de promesses qu'il ne tiendra pas, un été irréaliste, un automne pluvieux sous le soleil, un hiver au coeur glacial. Et je reste seule, à la lumière d'une bougie, le menton au creux de la paume, sans savoir qui je suis, où je vais, et avec qui.

 

Souviens-toi que tu es poussière, et que tu retourneras à la poussière.

 

 

 

(Je suis amoureuse de ce tableau, et de ce peintre en général, Georges de La Tour, découvert pour moi lors d'une visite à Paris en hypokhâgne. Il représente exactement mon humeur du moment...)

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog