2013-05-31T14:06:00+02:00

"Le mort est le guide du vivant"

Publié par Fraise

Texte écrit dans le train entre Pierrelatte et Bourg-en-Bresse...

 

Mon grand-père était un homme de lettres. C'est lui qui a planté en moi la graine des mots, qui n'a dès lors cessé de croître. C'est par admiration pour lui que j'ai voulu, dès l'âge de 10 ans, devenir professeur de lettres. Par la suite, comme tous les enfants qui ont besoin de couper le cordon pour devenir adultes, j'ai voulu tracer ma propre voie, qui a finalement abouti à ce retour aux sources.

 

Mon grand-père était une bibliothèque à lui seul. Nombre des poèmes que je connais encore aujourd'hui par coeur m'ont été soufflés par lui. Il savait beaucoup de choses, dans beaucoup de domaines. Et par dessus tout, il aimait transmettre ce savoir. C'est cette soif de connaissances et cette volonté de transmettre qu'il m'a léguées, chaque été, en m'emmenant visiter des musées, en m'initiant  à la civilisation latine, à l'architecture, si bien qu'en primaire déjà j'étais fière de pouvoir différencier une cathédrale gothique d'une église romane, et une colonne dorique d'une corinthienne. 

 

Mon grand-père était quelqu'un de fort et d'imposant. Avec sa voix qui claquait dans les graves, qui grondait parfois comme un coup de tonnerre, et ses grandes mains aux veines apparentes, je l'ai toujours trouvé à la fois impressionnant et rassurant. Sa vision du monde était poétique, et désabusée. Il savait enchanter le quotidien, en injectant de la magie dans les objets les plus communs. 

 

Il disait que ce qui l'avait poussé pendant toute sa vie, c'était son admiration pour "des types formidables". 

Ce qui m'a poussé, pendant toute ma vie, c'est aussi l'admiration que je lui porte. 

 

La dernière fois que je l'ai vu, il m'a confié un recueil de ses poèmes, parmi lesquels se trouve un texte "A ma femme et mes enfants". Je ne crois pas que ce soit un hasard. Je crois qu'il voulait que je lise ce texte, plus que d'autres. Pour que j'y trouve une forme de consolation, pour que je me fasse l'écho de sa voix, et que je donne cet ultime réconfort à ses proches. 

 

"Quand je ne serai plus là

Il y aura encore

des falaises, des lacs, des mélèzes, le vent ; 

Il y aura encore

des nuages, des flaques des orages, la pluie ; 

Il y aura encore

des pierres, des fleurs, des rivières, la glace ; 

des moissons, des chiens, des maisons, la terre ; 

Il y aura toujours

des soupirs, des pleurs, des sourires, la nuit.

 

Et pour vous et par vous, je serai

Présent à tout cela : 

L'orgueil de la falaise

La modestie du chien

Les éclats du soleil

La malice des nuages

La profondeur des yeux ; 

Et dans chacune de vos nuits."

 

163143_1628840014051_7932891_n.jpg

 

 

 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog