2010-11-03T14:30:00+01:00

Je craque.

Publié par Fraise

beforeworkafterwork.gifDepuis le 13 septembre, j'ai commencé un nouveau travail. Mon premier poste à responsabilité. Encouragée par ma 2e Mi, je croyais en moi. Je croyais avoir gagné tant de confiance en mes capacités...

 

Hé bien sache, ma mie, que ce n'était qu'illusion et branlette intellectuelle. Le vernis de confiance s'est très très vite écaillé. Et je me retrouve une énième fois dans la position de la victime. Je me laisse dicter mon travail par des gens qui n'y connaissent rien. Je me laisse insulter, prendre pour une conne sans réagir. En m'auto-flagellant intérieurement 10 minutes après parce que je suis faible. En culpabilisant de ne pas être plus dégourdie. Mais malgré tout, en ne parvenant pas à avoir un minimum de répondant.

 

Le boulot en lui-même me plaît énormément. C'est dans le milieu de la culture, ce qui est très épanouissant. Les tâches sont variées, de la stratégie à l'inventivité. Si je pouvais travailler de chez moi, ce serait le pied.

 

Seulement voilà.

Dans un travail, il n'y a pas que le travail.

Il y a aussi les collègues.

Et la hiérarchie.

 

Les collègues sont très respectueux les uns des autres (ils ont failli s'écharper pour un rouleau de scotch), sont soudés (dès que quelqu'un part d'une pièce, les autres lui taillent un short), travaillent dur (de 10h à 11h et de 15h à 16h). La hiérarchie est claire (et que je te jette un dossier sur le bureau sans un mot et démerde-toi !), efficace (me faire faire un travail qui a déjà été fait) et agréable ("il ne faut plus que vous mettiez ce pull, il me fait mal aux yeux !")

 

Il y a pas moins de 20 minutes, j'ai montré un document à un collègue. Je le cite "c'est de la merde". C'est beau de voir son travail reconnu à sa juste valeur. Ne parlons même pas du chef à qui je demande depuis 1 semaine de regarder le document sus-ci-nommé avec moi pour le valider. Ni des collègues qui essaient de me gruger quand je remplis ma feuille de congé. Ni des 15 heures supplémentaires accumulées en 1 mois et demi. Nan, vraiment c'est super, je m'éclate comme une petite folle.

On dit qu'on ne se rend compte de ce qu'on a perdu qu'une fois qu'on ne l'a plus. C'est bien vrai.

 

Je regrette vraiment le temps où je pouvais RI-GO-LER au boulot, manger des Carambar, écouter des potins, aller aux toilettes quand il me chantait et partir à 16h30 maxi pour avoir le temps de faire de bons petits plats, du sport et de la pâtisserie.

Là je pleure, je mange des sandwichs en 10 minutes devant mon écran, j'écoute des méchants ragots cruels, je suis en train d'attaquer une cystite à force de me retenir d'aller aux toilettes tellement j'ai du boulot, et je pars à 18h pour m'effondrer sur le canapé, vidée de toute mon énergie. Si j'ai du bol. Parce qu'un soir sur deux, c'est ordi portable à la maison pour terminer le boulot. Tu veux un mouchoir pour pleurer ? Bah yen a plus !

Heureusement qu'il y a des compensations.


Un Nam avec des bras tout chauds, prêts à me recharger en énergie.

Une Plume avec des ronrons tout doux et des grands yeux pleins d'amour.

Un weekend rallongé, avec un anniversaire super.

Des copains, malgré tout, de vraies amies aussi.

 

La prochaine fois, je te raconte mon weekend d'anniversaire, histoire de positiver !!

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog