2013-02-20T17:56:00+01:00

De la difficulté du choix

Publié par Fraise

http://3.bp.blogspot.com/_EneAmjQzRSk/S9ztxX4bv2I/AAAAAAAAASI/IU-Ut7kvJqA/s1600/le-choix.jpg"Choisir, c'est perdre".

Quand tu as dit ça, tu as tout dit. Ou rien du tout. 

 

 

Choisir, ce n'est pas forcément opter pour la meilleure solution. Parfois, c'est privilégier la moins mauvaise. La plus équilibrée, "honnête" au sens classique du terme : celle qui se trouve au centre, au croisement des chemins, et qui en fait le choix le plus équilibré. 

 

Seulement, voilà : comment choisir ?

Le problème, bien souvent, n'est pas l'absence d'options, mais plutôt la pléthore de chemins qui s'ouvrent devant nos pas. La tentation est grande de définir des critères, des systèmes mathématiques permettant de classer ces choix, en colonnes de "plus" et de "moins", en listes, en nuages de mots avec des flèches et des dessins dans tous les sens...

Il faut rationaliser le choix. Pour pouvoir se défendre, si jamais on a fait le mauvais, pour avoir des arguments à donner quand on nous demande "mais pourquoi tu as choisi ça ?"... Pour se rassurer, en somme. 

 

Mais au fond, le choix est affaire de coeur, point de raison. J'ai lu un jour que lorsque l'esprit humain est confronté à un choix, il prend sa décision en quelques secondes. Tout le reste n'est que vaines discussions pour peser le pour et le contre d'une décision déjà prise d'instinct. Je me suis rendu compte, après-coup, que c'était parfois vrai. Seulement, comment faire confiance à son intuition, lorsque les conséquences d'un mauvais choix seraient dramatiques ? Comment savoir si cette petite voix va nous guider sur le chemin qui nous convient, ou si on "se fait des films" ? Quand on s'empêtre le cerveau dans des arguties sans fin, comment renouer avec l'authenticité de notre sixième sens, pour autant qu'il existe ? 

 

Le tout restant, bien évidemment, de choisir. Car tant qu'on reste en proie à nos débats intérieurs, on n'avance pas. On reste là, bloqué à un carrefour, essayant de déterminer dans quelle direction on doit aller, tout en sachant qu'on n'a pas toute l'éternité pour se décider, et que le reste de l'univers ne nous attendra pas. Parfois, la technique de l'autruche fait l'affaire pendant un temps. "J'y pense pas, ça va bien se régler tout seul, et si ça se trouve, quelqu'un fera le choix pour moi". Mais ce serait trop facile, ma grande ! Et non, tu es maîtresse de ta vie, c'est à toi de décider, et pire, c'est à toi d'assumer les conséquences de tes décisions...

 

 

Bref, il faut que je choisisse mon sujet de mémoire.

 

C'est un choix qui est loin d'être dramatique, ou d'avoir des conséquences terribles. Mais "ça m'travaille" comme on dit. Et moi, j'ai envie de travailler sur tellement de sujets, sur tellement d'auteurs que j'admire, que je n'arrive pas à choisir, ne serait-ce qu'un genre littéraire.


Poésie, roman, nouvelles ?

Science-fiction, fantasy, policier, roman jeunesse ?

Gudule, Cyrano de Bergerac, Yasmina Khadra, Diderot, Martin Winckler, Alejo Carpentier ? 

Littérature et musique, pédagogie, intertextualité, gender theory, civilisation arabe, mémoires ?

Privilégier la fascination pour un auteur ou l'originalité d'un sujet ? 

La solution de facilité en reprenant une oeuvre étudiée en prépa ou le mystère d'un terrain inconnu ? 

Toutes ces envies se bousculent dans ma tête, j'ai 15 illuminations par jour ("Bon sang, mais c'est bien sûr, je vais faire ça !") qui s'éteignent lamentablement en milliers de "oui mais et si...?"
Tout serait plus simple si je pouvais faire un mémoire professionnel. Non, parce qu'ils sont gentils, les profs de fac. Mais moi, ce que je veux, c'est être prof. Pas chercheuse, pas thésarde. Prof. Transmettre. Donner envie. Ecouter, donner, recevoir. Apprendre un métier. Pas gratter des feuilles et des feuilles de papier, et perdre du temps à lire des polycopiés en cours en m'arrachant les cheveux sur le manque flagrant de pédagogie des enseignants d'université. 
Prendre mon mal en patience.
Me laisser le temps de faire mûrir tout ça.
Y penser, en discuter.
En rêver, peut-être. 
Le choix se fera tout seul. 
J'espère. 
http://idata.over-blog.com/0/26/83/71/Chroniques-Urbaines/choix.gif
(image issue du blog http://domas.over-blog.com/10-categorie-1068695.html )

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog