2010-11-06T10:52:00+01:00

Dans le train de nuit

Publié par Fraise

00orgasme.jpgSi je devais le décrire, ce serait une mer, montante et descendante. De douces vaguelettes me lèchent les pieds, les chevilles, lentement, légères, presque sans que je m'en aperçoive. Puis l'écume caressante remonte jusqu'à mes cuisses, je ne peux plus l'ignorer. Le choix m'appartient : je peux entrer dans cette eau limpide et tourmentée, ou bien me retirer après cette brève sensation.

Je me jette à l'eau et elle me prend toute entière, comme une coquille de noix. Je ne suis rien, je ne dépends plus que de toi. Je me laisse emporter par cette houle, souvent je bois la tasse, et je découvre des univers inconnus. Les abysses sont semblables aux immensités célestes, il n'y a plus de haut, plus de bas, je ne suis plus qu'un éclair de vive lumière dans une obscurité tendre, chaude et enveloppante, je n'ai plus de corps, je ne suis plus que sensation pure.

Et lorsque j'ai lancé, vive et puissante, ma lueur flamboyante, je remonte à la surface, peu à peu. A chaque palier de décompression, une lueur s'élance, de moins en moins puissante. Ma tête surgit hors de l'eau, je reprends conscience de mon existence, de la matérialité de mon être. La séparation de nos corps marque alors la fin du voyage, une fin douloureuse et extatique à la fois, et surtout pleine d'espoir.

Et je te regarde, comme si je te découvrais pour la première fois, mais je te connais depuis toujours. Tu es l'essence animale de l'humanité, tu es la présence silencieuse et impalpable qui me guide dans ce voyage intérieur. Mon tendre amour au regard liquide, deux gouttes qui se lient sur une vitre un jour pluvieux...

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog